Remplacement Valvulaire Aortique

Le remplacement valvulaire aortique

La chirurgie de remplacement de la valve aortique est une chirurgie valvulaire très pratiquée. Il s’agit d’une opération à cœur ouvert pour traiter :

  • soit un rétrécissement aortique (une valve sténotique),
  • soit une insuffisance aortique (une fuite valvulaire au niveau de la valve aortique).

Le rétrécissement aortique

Sans-titre-3

Le rétrécissement aortique provoque un obstacle à l’éjection du ventricule gauche. Les causes du rétrécissement aortique sont :

  • dégénératives ou valvulopathie aortique sénile, avec fibrose, calcification et fusion des commissures aortiques. C’est la forme la plus fréquente des rétrécissements aortiques du patient âgé .
  • congénitale : il s’agit d’une anomalie présente chez 1 à 2 % de la population générale. Cette valve peut fonctionner correctement pendant plusieurs années pour devenir sténotique entre 50 et 70 ans.
  • rhumatismales, de plus en plus rare du fait de la quasi disparition du rhumatisme articulaire dans les pays développés.

L’insuffisance aortique

L’insuffisance aortique se produit lorsque les valves ne se ferment pas complètement. Les principales causes des insuffisances aortiques sont :

  • une maladie annulo-ectasiante, c’est devenu l’étiologie la plus fréquente. Elle touche à la fois la valve et la premier portion de l’aorte ascendante.
  • un rhumatisme articulaire aigu, souvent associé à une sténose aortique.
  • une bicuspidie aortique congénitale, souvent associée à une sténose aortique.
  • une endocardite infectieuse, mutilation de la valve aortique dû à un processus infectieux.

Quels sont les signes d’une valve aortique qui dysfonctionne ?

Les symptômes sont variés : difficulté à respirer, douleurs thoraciques angineuses, vertiges (lipothymie) pouvant conduire à la perte de conscience (syncope).

Quant faut-il opérer ?

La décision est prise en accord avec votre cardiologue traitant et le chirurgien cardio-thoracique. Les recommandations pour l’intervention se fondent sur la symptomatologie, les résultats de l’échographie et parfois du cathétérisme cardiaque.

Quelles sont les options ?

Une fois prise la décision d’opérer, il faut choisir le type de la valve prothétique entre les valves mécaniques et les bioprothèses.

Sans-titre-4

Les valves mécaniques ont une durée excellente, mais impliquent une anticoagulation à vie.

Les valves biologiques ne nécessitent une anticoagulation que de 3 mois après l’intervention mais se détériorent avec le temps. Selon les données actuelles, la durée de vie d’une bioprothèse en position aortique impliquen que 20% d’entre elles sont réopérées entre 15 et 18 ans après leur implantation.

La décision concernant le type de valve est à prendre en commun accord entre vous, votre chirurgien et votre cardiologue.

Résultats du remplacement valvulaire aortique :

Une estimation du risque opératoire individuel peut être fait par votre cardiologue ou le chirurgien cardiaque. Les risques dépendent de votre âge, de votre état général et d’autres facteurs comme l’état de votre cœur avant l’intervention.

La période post-opératoire d’un remplacement valvulaire aortique

Après un remplacement valvulaire aortique, une surveillance dans le service de réanimation en chirurgie cardiaque est nécessaire. Après cela, un séjour dans le service de chirurgie cardiaque est à prévoir pour une période de 7 à 10 jours pendant laquelle les cicatrices sont surveillées et le traitement médical nécessaire établi. S’ensuit une période de réadaptation cardiaque de 15 à 20 jours dans un centre spécialisé.

Tous les patients opérés d’un remplacement valvulaire nécessitent au moins 3 mois d’anticoagulation pour les valves biologiques, et à vie pour les valves mécaniques.

Une valve est un corps étranger et c’est pour éviter l’infection qu’est prescrit un antibiotique à chaque traitement dentaire ou chirurgical, ou à chaque infection débutante. Les patients doivent renseigner leur médecin traitant qu’ils sont porteurs d’une valve.